Friday, September 01, 2006

sexpolice


La biologie du sexe est devenue un sujet de polémique à l’heure où les parents, les médecins et les chercheurs réévaluent la signification du fait d’être un homme ou une femme.

- - - - - - - - - - - -

par Sally Lehrman

Traduit de l’anglais par Curtis Hinkle et Lucie Gosselin de l’OII-Québec

Le 5 avril 1999, Patrick a pris un bon moment avant de naître – deux semaines pour le passage des voies génitales – au moment de sa naissance, les infirmières l’ont enveloppé de couvertures et l’ont sorti en toute vitesse de la salle d’accouchement. L’hôpital situé à Jacksonville en Floride a caché le nourrisson de 8 livres et de 20 pouces et demi de longueur à l’arrière de la salle des soins intensifs derrière des rideaux tirés. Un médecin après l’autre est venu le voir. L'enfant avait un pénis bien défini mais avec une ouverture à la base au lieu d’être au bout. Il avait seulement un testicule descendu mais il produisait beaucoup de testostérone. Dans la plupart de ses cellules, le bébé n’avait aucun chromosome Y, celui qui contient les instructions génétiques pour que le corps se développe en tant que sexe masculin. Les médecins ont assuré la mère adoptive, Helena Harmon-Smith, que Patrick était une fille. Ils voulaient enlever les parties offensantes tout de suite.

Mais madame Harmon-Smith avait vu Patrick en érection plusieurs fois. «Vous ne découpez rien de ce qui fonctionne» a-t-elle protesté. Les autorités ont vérifié les organes reproducteurs internes de l'enfant et ont continué à insister pour dire que l’enfant serait mieux en fille. Sa mère a refusé. On a fait d’autres examens. Après 11 jours, 20 médecins sont entrés en file indienne dans une salle de conférence de l’hôpital et ont solennellement annoncé qu'ils permettraient à la famille d'élever Patrick en garçon. « Nous l'avons mis dans un petit smoking et l’avons emmené chez nous » rapporte madame Harmon-Smith.

Deux mois et demi plus tard, le docteur de Patrick a averti sa mère que le testicule du garçon était vraiment un ovotestis qui contenait du tissu ovarien, et qu’il était probablement malin. Il devait être enlevé – comme celui déjà pris de son abdomen. Sa mère a finalement accepté une biopsie, juste au cas où. Quand le chirurgien est revenu de la salle d’opération, il a dit que la gonade était malade et qu’il l'avait enlevée chirurgicalement.

Pendant plus d’un mois, madame Harmon-Smith a insisté sans relâche pour que le docteur lui donne accès au rapport de pathologie. Une fois obtenu le rapport, elle mentionne «La première chose que j'ai lue était "testicule normal, sain". Mon cœur s'est arrêté. Je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer» a-t-elle dit. Aujourd’hui âgé de cinq ans et dans sa première année d’école, Patrick ne pourra jamais produire de sperme.

Pour lire la suite :
http://www.intersexualite.org/F-Sexpolice.html

0 Comments:

Post a Comment

<< Home

Halloween Stuff
Halloween Stuff